Sur les pas des indociles

Dans les années post-68, quelques français, allemands et suisses s’installent en Provence pour mettre en pratique leur rêve de vie solidaire. Doucement le projet a essaimé en Europe. Aujourd’hui Longo Maï (« Que ça dure longtemps » en provençal), c’est 10 coopératives situées en France, Suisse, Allemagne, Autriche, Ukraine et Costa Rica. Ce sont 200 adultes, les indociles, et une ribambelle d’enfants qui vivent ensemble en autogestion, avec des projets agricoles ayant pour but l’auto-suffisance alimentaire ainsi que de générer des revenus pour développer leurs projets. Ce sont des lieux ouverts et solidaires, très engagés politiquement. Ils sont impliqués localement (associations culturelles, sportives, politiques) afin de participer à la dynamique du territoire. Ils sont indépendants politiquement et de toutes formes de religion. En Suisse, à Bâle, se trouve « la maison de Longo Maï ». C’est ici que sont centralisés les dons avant d’être reversés à chaque coopérative en fonction de leurs besoins.

Nous avons eu la chance de pouvoir vivre une semaine dans la ferme du Montois, une des coopératives de Longo Maï. Cette ferme se situe en Suisse, dans la magnifique vallée d’Undervelier.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une dizaine d’adultes vivent ici. Sur 11 hectares, ils pratiquent l’élevage de moutons, l’apiculture et la fabrication de produits cosmétiques. Un peu de maraîchage et quelques arbres fruitiers viennent compléter leur autoconsommation. Une source sur le terrain permet de produire de l’énergie grâce à une mini-centrale hydroélectrique. La ferme est donc autonome en énergie et tire un revenu de la revente de l’électricité.
À travers les différentes activités auxquelles nous avons participé, nous avons observé que le Temps est respecté. On prend le Temps, de transmettre, d’échanger, de vivre.
Nous avons rencontré Magalie, une amie villageoise qui est tanneuse. La visite de son atelier et de sa maison nous transporte dans un autre univers. Alors que des queues de lapins sont étendues sur un fil dans la cuisine, une grosse quantité de peaux de moutons sont suspendues au plafond et leurs cornes servent de portes manteaux.

Notre vision de cette coopérative commence à s’agrandir.

Eug')DSCN0305

Quelques pouces levés plus loin, une dose de patience, de belles rencontres éphémères et nous voilà en Allemagne. C’est à Singen, à côté du lac de Constance que nous passons le weekend avec Lucie (la soeur d’Eugène), Fritz et leurs enfants, Maximilian et Victoria. Une bouffée d’air familial avant de rejoindre la capitale.

Publicités

Une réflexion sur “Sur les pas des indociles

  1. Quel plaisir de vous avoir rencontré. Vous nous avez transmis, en une petite heure de route, vos rêves , votre audace, votre envie de découvrir le monde et ses habitants. Merci pour votre bouffée d’oxygène. Belle continuation! Sylvie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s