Ouvrons les voix

Le 2 mai 2016, sous un rayon de soleil, nous arrivons à Ulenkrug (Dargun), une coopérative Longo Maï où vivent une vingtaine de personnes depuis 1995. Effleurée par deux grandioses tilleuls, la vieille bâtisse principale abritant les espaces communs date de 1904.

Eug')DSCN0037

La visite du lieu nous donne une fabuleuse impression de grandeur. Depuis l’installation du collectif, les activités se sont progressivement étoffées permettant aujourd’hui l’auto-suffisance alimentaire. Les habitants cultivent leurs céréales et conservent plusieurs variétés de semences anciennes. La farine transformée servira, entre autres, à faire du pain dans la boulangerie. Le troupeau de vaches Pinzgauer leur permet de faire de la viande (abattoir et salle de découpe à la ferme) aussi bien que du lait (fromages, yaourt…). Les moutons sont présents pour la viande mais également pour la laine qui sera envoyée à la filature de Chantemerle (coopérative de Longo Maï). Pour compléter le tableau carné, cochons et volailles se complaisent autour de la ferme. Le travail du jardin se fait grâce à la traction animale (cheval) et leur permet de savourer de bons légumes. Un grand verger et la culture des fruits rouges viennent régaler les gourmands. Beaucoup de transformation et de conservation sont nécessaire afin d’avoir une diversité alimentaire pour la saison hivernale…Miam!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les activités sont prétextes pour faire la connaissance de chacun. Les rencontres que l’on fait ici sont agréables, ponctuées de partages de vie et d’histoire. On sent une reconnaissance envers le soutien qu’on apporte dans les activités.
Malgré la présence de jeunes à Ulenkrug, c’est un collectif qui vieillit doucement. De ce fait, on se pose la question de la pérennité d’un collectif. D’un côté, on aimerait voir de plus en plus de lieux autonomes se créer. De l’autre, on voudrait que ces lieux durent dans le temps et de surcroît, que des jeunes rejoignent ces projets.

Longo Maï, c’est surtout du militantisme politique fort. À notre arrivée, on intègre une chorale éphémère de 3 jours qui prévoit un concert pour les réfugiés arrivés dans la région. On est ému d’unir nos voix pour ces chants de libération en plusieurs langues.
Puis, notre passage ici est marqué par la journée du 8 mai. À Demmin, c’est un jour de rassemblement important pour les néonazis qui transforment le jour de la fin de la guerre en un jour de deuil afin de commémorer les « victimes de la défaite du nazisme ». Deux autres manifestations (initiative citoyenne et antifasciste) viennent contrer ce rassemblement. Nous participons activement, et alors que l’un est dans la masse cherchant à bloquer l’avancement des nazis, l’autre se fait observateur international. Technique mise en place à l’initiative de Longo, les observateurs se doivent d’être neutres afin d’observer objectivement tout ce qui se passe dans les zones d’affrontements (entre policiers et manifestants). Même si ça n’évite pas les débordements, cela représente un point de vigilance pour les forces de l’ordre qui savent qu’elles sont observées.
Les émotions sont fortes et participer à ces événements renforce notre envie d’être acteur social afin de défendre les valeurs qui nous semblent justes.

On a bien ri, on a fait de belles rencontres.
En partageant le quotidien de sa vie, on s’attache à cette coopérative.
Un petit pincement au cœur et nous partons à pied, rejoindre la route à 2 km.
Direction nordique pour voyage atypique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s