Errance à københavn

Après avoir pris le ferry de Rostock à Gedser et avoir tendu et retendu nos pouces pour remonter vers la capitale, nous arrivons à Copenhague.
Nous retrouvons Karolina, une amie d’Eugène qui nous héberge dans sa coloc.

Le fameux projet Christiania nous interpelle. Nous rencontrons Tanja, qui habite dans la ville libre depuis 45 ans. Elle est arrivée au début du projet (1971), elle avait alors 5 ans. Elle milite pour une communication bienveillante qui lui semble être la base de l’organisation collective. Les 1000 habitants de Christiania prennent part à l’organisation de la ville. C’est sous forme d’assemblées que les décisions sont prises où chaque habitant est libre de participer afin d’apporter son opinion. Les décisions sont prises par consensus, tout le monde accepte de vivre avec la décision prise. Tanja prend plaisir à nous raconter les hauts et les bas qu’a dû traverser Christiania. Il est tout de même curieux de voir une enclave anarchiste dans une capitale européenne. Le fait que Christiania est le deuxième lieu touristique de Copenhague en est peut-être la raison. La ville libre ne s’oppose pas aux touristes : « ils ont le droit d’être curieux et puis ça leur montre qu’une autre manière de vivre est possible ». Cela reste un grand débat car certains tirent profit du tourisme alors que d’autres s’opposent à ce fonctionnement capitaliste. Mais Christiania, c’est aussi le respect de la différence. Bien qu’impressionnés par cette organisation collective qui fonctionne depuis 45 ans, nous nous questionnons sur le lien à la terre comme fondement de l’autosuffisance alimentaire. De fait, le lieu est un ancien terrain militaire avec un sol encore pollué de résidus chimiques (dû à des expériences) empéchant la culture alimentaire. L’idée a été émise de trouver des terres en dehors de la ville pour alimenter Christiania mais personne n’a encore porté ce projet à son terme.

Copenhague c’est aussi des vélos partout et pour tous les goûts. Dans toutes les maisons, dans toutes les rues, dans tous les buissons…
…Une idée germe…
Pourquoi ne pas rejoindre la prochaine étape en vélo?


Aprés 24h de récup, de bidouillage et de motivation, nous voila prêts pour parcourir 180km pour rejoindre un projet suédois.

Eug')DSCN0282


« Bienheureux les fêlés, car ils laisseront passer la lumière » Michel Audiard

Publicités

4 réflexions sur “Errance à københavn

  1. Coucou les aminches,
    Un très joli nom pour une ville qui mérite vraiment le détour !
    J’adhère complètement au principe.
    Accepter le consensus c’est déjà accepter la différence !!!
    Bonne continuation à vous et continuez à nous faire partager votre voyage…
    C’est vraiment très instructif.
    Bisous d’Ariège et au plaisir de vous revoir,
    Cathy

  2. Coucou les nomades !!! C’est toujours un plaisir de vous lire et voyager avec vous grâce aux photos et récits !! Continuez !! Et BRAVO pour le super vélo et charrette pour Motte !!!! Trop bien !!! bonne route ! Pauline

  3. Merci pour la carte postale :),
    Merci pour votre blog ça fait du bien cette douceur, cette autre « chose »!

    Bisous de Lorraine
    Hélène

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s