Premiers pas sur le chemin du retour

Quelques heures au-dessus des nuages et nous atterrissons à Belgrade, en pays Serbe. Nous sommes accueillis par des douaniers inquiets de la présence de visas iraniens sur nos passeports. Après moult contrôles, nous franchissons les portes de l’Europe.
Nos pas nous rapprochent de la maison, c’est le chemin du retour.

Eug')P1000684

Nous ressortons nos pouces trop longtemps restés détendus. Europe s’est faite belle. Nous pouvons respirer tranquilles, l’air n’est plus saturé de poussières. Nous retrouvons ce merveilleux objet qui, sans s’en apercevoir, contribue à notre harmonie quotidienne : belle poubelle. Les trous dans les routes ont (presque) disparu et de grandes lignes blanches ont fait leur apparition. Il y a des voitures partout (y a-t-il plus de voitures que d’humains ?). Grandeur, propreté, confort, vitesse, nous avons passé les frontières de l’Europe des lumières.

Une claque mélancolique. C’est ce que reçoit notre porte-monnaie quand il s’ouvre pour nous alimenter. Il regrette ces bons repas asiatiques pour quelques centimes seulement. La spontanéité semble timide par ici et en faisant du stop en bord de route, on redécouvre la méfiance et la crainte dans certains regards. L’Europe semble parfois ténébreuse.

Sans y manger de salades, nous traversons la Macédoine et arrivons en Grèce. Nous voilà à Thessalonique, chez l’amie Maria. Nous retournons sur nos pas et, à coup d’huile d’olive, nous nous régalons de la cuisine méditerranéenne. Café, viennoiseries, fromages, vin et tant d’autres choses, nos estomacs applaudissent ce retour qu’ils attendaient tant.

Continuer. Encore le sud. Encore l’auto stop. Ses galères, ses joies, ses peines, ses perles. Les gens ne se retournent plus en nous voyant. Nous sommes maintenant européens chez les européens, partageons des codes sociaux similaires.

Chania, la Crête. L’horizontalité de la mer a remplacé la verticalité des montagnes. Retrouvailles. Amis, accordéon, plage, farniente, coups de soleil, jeu du tavli, pick up & Cie.

Redécouvrir le vieux continent,
y savourer ce qui est savourable.
Observer le retour sans marcher en arrière.
À l’envers l’Est.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s